Chambre vide ou meublée, quelles différences ?

05 Mar Chambre vide ou meublée, quelles différences ?

Vos enfants ont pris leur envol et vous avez pris la décision de proposer une ou plusieurs de leurs chambres en colocation à un étudiant. Vous n’avez peut-être pas envie de voir votre futur colocataire occuper les meubles de votre progéniture adorée. Avant de rejeter totalement cette option, sachez que les conditions de location diffèrent selon si vous proposez la chambre vide ou meublée.

Chambre vide
Chambre meublée

REVENUS ISSUS DE LA LOCATION
Les revenus issus de la location sont déclarés en tant que revenus fonciers.

En dessous de 15 000€/an, le régime micro-foncier : abattement de 30%, seuls 70% des revenus locatifs sont ajoutés aux autres revenus pour le calcul de l’impôt sur le revenu.

Au dessus de 15 000€/an et sur option en deçà, le régime réel : après déduction des frais et charges engagés pour le bien mis en location, si le résultat foncier est bénéficiaire, il s’ajoute aux autres revenus, puis est soumis à l’impôt sur le revenu. En cas de déficit foncier, celui-ci est déduit des autres revenus dans la limite de 10 700€/an, permettant ainsi de diminuer l’impôt sur le revenu.

Les revenus issus de la location sont déclarés en tant que bénéfices industriels et commerciaux.

En dessous de 32 600€/an, le régime micro-BIC : abattement forfaitaire de 50% sur les recettes locatives.

Au dessus de 32 600€/an et sur option en deçà, le régime de bénéfice réel : il autorise la déduction des charges réelles (travaux, intérêts d’emprunt, etc.) et la création d’un déficit imputable aux loyers perçus. Les amortissements mobilier et immobilier peuvent également être déduits des recettes bénéficiaires sans limitation de durée.

Exonération totale si toutes ces conditions sont remplies :

  • La chambre louée fait partie intégrante de la résidence du bailleur
  • La chambre louée constitue la résidence principale du colocataire
  • Le loyer hors charge reste sous le plafond défini par l’administration fiscale

ETAT DES LIEUX D’ENTREE ET DE SORTIE
Les états des lieux d’entrée et de sortie doivent décrire avec précision le logement.
Les états des lieux d’entrée et de sortie doivent décrire avec précision le logement ainsi que les équipements qu’il comporte.

Il n’est obligatoire que depuis le 27 mars 2014.

DUREE DU BAIL
3 ans
1 an, renouvelable ensuite par tacite reconduction et par période de 1 an.

9 mois si la location est consentie à un étudiant, non renouvelable. Un nouveau bail doit être signé si les parties souhaitent poursuivre la location

PREAVIS DONNE PAR LE BAILLEUR
6 mois avant l’échéance du bail

Il est possible de donner congé à son locataire en cours de bail, toujours avec 6 mois de préavis, en évoquant l’un de ces motifs : la reprise pour habiter, la vente du logement, le non respect de ses obligations par le locataire

3 mois

PREAVIS DONNE PAR LE LOCATAIRE
3 mois

1 mois en cas de mutation professionnelle, logement situé en « zone tendue », perte d’emploi, obtention d’un premier emploi, obtention d’un nouvel emploi consécutif à une perte d’emploi, état de santé justifiant un changement de domicile, locataire bénéficiaire du RSA, locataire bénéficiaire de l’allocation adulte handicapé, locataire qui se voit attribué un logement à caractère social.

1 mois

En espérant que cela vous aide à prendre votre décision en toute connaissance de cause !

 

1 Commentaire
  • Mariam
    Publié à 10:07h, 31 mars Répondre

    Etre propriétaire n’est pas « gratuit ». Hormis les frais d’ un crédit pour l’ acquisition, selon le type de logement où l’ on se trouve, ne pas oublier : la taxe foncière, les coûts d’entretien et de grosses réparations, les frais de syndic … Plus les emm … Pas si mal d’être locataire et un avantage : le loyer est normalement une dépense régulière et facile à budgéter. Erick

Publier un commentaire

appartager